Coaching d’un CHAT – Une histoire sur la façon de coacher une personne

Coaching-CAT
Natascha Speets
Natascha Speets

Natascha est toujours à la recherche d’opportunités pour aider ses clients à devenir la meilleure version d’eux-mêmes. Elle le fait en intégrant ses compétences de coaching professionnel dans tout ce qu’elle fait.

Cela s'est réellement passé, je ne me souviens pas du nom de la personne coachée (ou du CAT), alors nous l'appellerons simplement Suzy.

Nous organisons parfois des « cercles de coaching ouverts » dans lesquels les gens peuvent entrer et profiter du coaching. avec vous, les coachs de cette communauté. Suzy est entrée. Elle avait observé une ou deux séances de coaching lors de la réunion et voulait être coachée. Mes collègues m’ont « volontairement » demandé de faire preuve de bonnes compétences en matière de coaching, et je me suis lancée !

Elle a commencé avec ceci :

J’ai un sujet impossible pour vous, il s’agit de mon chat… Il a besoin de devenir plus proche de nous…

Bien que je pouvais entendre les pensées des observateurs « Comment diable va-t-elle se sortir de cette situation ? ». Je me suis glissé hors de mon inconfort et j’ai commencé à coacher Suzy. J’ai pris 7 bonnes minutes pour explorer son sujet initial avant de me concentrer sur la création d’une solution avec elle pendant la session :

– Parlez-moi du chat, que se passe-t-il avec le chat ?
– Quel type de chat est-ce ?
– Montrer mon intérêt à la fois pour le chat et pour le point de vue de Suzy sur le chat.

Elle a expliqué qu’elle voulait que le chat soit plus câlin et attentif, et qu’elle voulait que le chat soit plus proche d’elle.

Maintenant, voici un grand problème. Comment vais-je apprendre au chat, par l’intermédiaire de sa propriétaire, à changer ? De plus, c’était un chat « Bengal » magnifique, mais très indépendant… ça n’allait pas arriver, n’est-ce pas ? Est-ce que je voulais le dire à Suzy ? Oui, mais je ne l’ai pas fait, je ne voulais pas qu’elle ait l’impression que son sujet n’était pas le bienvenu.

Au lieu de cela, j’ai exploré le sujet avec elle et je lui ai posé des questions sur Suzy et son chat.

– La relation qu’ils avaient aujourd’hui,
– Ce qu’elle espérait dans sa relation avec le chat,
– Et ce qu’elle aimait déjà dans sa relation avec le chat.
– Qu’est-ce qui est important pour elle dans un chat câlin ?

Après avoir exploré un peu plus sa relation avec le chat et ce que le chat représentait pour elle, elle a parlé du chat qui venait de passer avant que le nouveau chat n’arrive. Et ce chat avait été si important pour elle, c’était comme un membre de la famille. Le nouveau chat n’a pas été capable de combler ce vide. Je lui ai demandé ce qu’elle voulait atteindre dans sa séance maintenant, elle a compris qu’à la fin de la conversation, elle ne voulait pas seulement que le chat change pour être plus câlin, elle a réalisé qu’elle voulait trouver un moyen de permettre au chat d’avoir sa propre relation avec elle.

Cela nous a permis de passer à la phase de découverte pour explorer les moyens d’impliquer le chat « distant » dans sa vie. Elle a découvert que le chat avait montré des signes d’affection en jouant, en « discutant » et en faisant d’autres choses formidables pour les chats. Elle a réalisé qu’elle devait donner de l’espace à l' »ancien » chat, pour laisser le nouveau chat avoir sa propre place. Elle a découvert que son propre point de vue sur le chat entravait la relation et ne donnait pas au chat sa propre place dans sa famille.

Elle est repartie avec l’espoir et une motivation renouvelée en se concentrant sur les besoins du chat en matière d’attention et d’activités ludiques pour que la relation se développe dans les deux sens.

Comment cela s'applique-t-il à la compétence Coaching the person en matière de coaching ?

Vérifiez la différence :

– Comment voudriez-vous que le chat se comporte est toujours un coaching du problème (le chat doit changer)
– Comment voudriez-vous voir votre relation avec le chat est un coaching de la personne (opportunité pour le coaché de voir les changements possibles dans sa propre perspective/comportement)

Et si vous changiez le « CAT » pour tout autre problème que le coaché apporte ? Je parie que ça marche 🙂